Assurer des livraisons durables, cela ne se résume pas à acheter un parc de véhicules électriques

De plus en plus d’entreprises et de consommateurs ont conscience de la nécessité d’opter pour les livraisons et enlèvements en ville les plus durables possible, ce qui est une chose très positive en soi. Il ne suffit toutefois pas d’acheter à la hâte quelques camionnettes électriques pour pouvoir parler d’une approche urbaine durable.

Si nous essayons de définir la durabilité, nous pouvons parler d’innovations ou de projets qui ont des conséquences positives pour l’environnement et la société et qui sont également économiquement viables à long terme. Ou, pour résumer, en anglais : sustainability is about the 3P’s: People, Planet & Profit.

En d’autres termes, il s’agit d’inclure d’autres éléments, comme la qualité de vie et la sécurité, dans les projets de logistique urbaine durable. Il convient donc avant tout de chercher à réduire le nombre de kilomètres en se concentrant pleinement sur la consolidation. En effet, le kilomètre le plus durable est celui que l’on ne parcourt pas ! Chaque kilomètre évité contribue aux composantes sociale (sécurité et qualité de vie), écologique et économique. Après avoir réduit le nombre de kilomètres, il est bien sûr plus durable d’adopter la conduite la plus écologique possible pour parcourir les kilomètres nécessaires. Pour les plus petits colis, cela revient à miser au maximum sur les vélos-cargos et véhicules électriques. Pour les marchandises plus volumineuses, telles que les palettes, il est possible d’utiliser des remorques urbaines au CNG ou des camions qui roulent à l’HVO, un carburant durable. Ce carburant synthétique permet de réduire de 90 % (well-to-wheel) les émissions par rapport au diesel classique : de 3,262 kg/litre de diesel à 0,314 kg/litre d’HVO.

Green fleet

Implémentation chez CityDepot

CityDepot a la durabilité dans le sang. Nous nous basons toujours sur le modèle de consolidation qui vise à limiter le nombre de kilomètres parcourus. Pour les colis plus volumineux et les palettes, nous utilisons des véhicules au CNG et à l’HVO. Nous recourons à cette solution, car il n’est actuellement pas encore facile de trouver des camions électriques et qu’il n’existe pas de réseau de bornes de recharge pour ces derniers. CityDepot suit évidemment cette évolution de près et se renseigne sur les nouvelles technologies.

L’entreprise tient dès lors à souligner qu’il ne suffit pas d’acheter un parc de véhicules électriques. Il faut en effet combiner plusieurs éléments : d’abord réduire le nombre de kilomètres grâce à la consolidation, puis utiliser la solution la plus durable possible pour parcourir les kilomètres nécessaires.

L’exemple chiffré suivant a été élaboré pour matérialiser ce principe. Imaginons qu’un fournisseur doit livrer 2 palettes dans un magasin en ville. Nous arrivons aux calculs suivants.

Logistique traditionnelle sans urban consolidation

Dans le cadre de la logistique la plus traditionnelle, un transporteur classique se rend en ville avec un camion de 20 ou 40 tonnes pour livrer ces 2 palettes.

  • Consommation moyenne d’un camion : 30 litres de diesel
  • CO2 par litre de diesel 3,262 kg/litre
  • Nombre moyen de kilomètres pour entrer dans la ville et en sortir 10 km (depuis le périphérique)
  • Nombre moyen de kilomètres par palette = 10 km/2 = 5 km
  • Cette livraison émet 9,79 kg de CO2
  • Soit 4,90 kg de CO2 par palette

Avec CityDepot

Dans le cadre d’une solution consolidée, ce n’est pas ce gros camion qui entre dans la ville, mais une remorque urbaine CityDepot durable qui contient toutes les palettes destinées à cette région. Faisons dès lors les suppositions suivantes :

  • Consommation moyenne d’une remorque urbaine                18 litres d’HVO
  • CO2 par litre d’HVO 0,314 kg/litre
  • Nombre moyen de kilomètres pour entrer dans la ville et en sortir                25 km
  • Nombre moyen de kilomètres par palette (18 palettes/remorque) = 20 km/18 = 1,11 km
  • Cet itinéraire émet 1,41 kg de CO2
  • Soit 80 g de CO2 par palette 

Conclusion

Cela représente une réduction de 95 % des émissions de CO2 (de 4,9 kg à 80 g), ainsi qu’une réduction de 80 % (de 5 km à 1,11 km) de la distance parcourue par palette. Pour obtenir ce résultat, il convient, d’une part, de diminuer le nombre de kilomètres parcourus et, d’autre part, d’utiliser un carburant plus écologique. L’HVO dans cet exemple chiffré spécifique.