Le marché post-pandémique de l’e-commerce va avoir des exigences supplémentaires en matière de livraison : des livraisons de colis aux biens surdimensionnés

L’année dernière, les volumes des sites d’e-commerce ont explosé. Cela s’explique, d’une part, par les lockdowns au niveau mondial et, d’autre part, par la crainte des consommateurs de se rendre dans un magasin physique. En Belgique, plusieurs services de livraison ont même limité la capacité d’envoi des sites d’e-commerce. Les principales raisons mentionnées dans les blogs et les articles sont le pic des volumes de colis depuis le confinement mais égalemenle manque de coursiers. Toutefois, cette affirmation n’est que partiellement correcte. C’est ce que montre une étude de l’Université d’Anvers. 

Elargissement du type de commandes en ligne

Avant la crise du covid-19, les catégories suivantes figuraient clairement parmi les favorites des acheteurs en ligne : (petits) appareils électroniques, jouets, petits meubles et articles de mode. Depuis les différents lockdowns, les consommateurs ont découvert que commander en ligne ne se limite pas aux petits produits. Il suffit de penser aux produits de bricolage, aux grands jouets, aux meubles de jardin et de maison, aux produits de nettoyage et à l’alimentation. Oui, même des pots de peinture de 10kg et plus! Plusieurs boutiques en ligne de ces derniers segments n’ont pas pu faire face à la demande croissante. Certains ont même dû fermer temporairement leur boutique en ligne en raison de l’explosion de la demande pour leurs produits. Ces derniers segments se caractérisent par le fait que le poids et le volume moyens de ces produits sont beaucoup plus élevés que les emballages moyens d’avant la crise. 

Tout ne rentre pas dans les convoyeurs de triage

Ces marchandises dont le poids et le volume sont supérieurs à la moyenne nécessitent une prise en charge spécifique en termes de transport. Ils ne passent généralement pas par les lignes de tri de colis standard, conçues sur la base d’un mélange prédéfini entre petits, moyens et gros colis. La plupart de ces machines sont configurées pour une forte proportion de colis de petite et moyenne taille (moins de 10 kg) et seulement une proportion de 10 % de colis de plus grande taille. 

En outre, certaines marchandises sont si lourdes et volumineuses qu’elles ne peuvent pas passer sur le convoyeur de triage standard des colis. Ces envois de “colis” plus grands ont un double impact sur le dernier kilomètre. Tout d’abord, ces colis ne peuvent souvent pas être traités automatiquement, ce qui implique davantage de travail manuel. Deuxièmement, les colis qui peuvent être traités automatiquement prennent plus de place sur la bande transporteuse et le poids moyen plus élevé signifie que la vitesse des convoyeurs doit être réduite. 

 

Automatisation versus processus manuels

Le graphique ci-dessous montre comment les entreprises conçoivent l’automatisation par rapport aux processus manuels. Il montre qu’un système de convoyeur automatisé a un débit fixe (la ligne pointillée bleue), le travail manuel étant utilisé pour équilibrer les pics de volume. Le double effet ci-dessus peut être démontré avec la ligne pointillée rouge et la ligne violette. La ligne pointillée rouge montre la diminution du débit causée par la vitesse réduite de la bande transporteuse en raison des problèmes de poids et de volume. La ligne violette et les flèches montrent le travail manuel supplémentaire nécessaire pour traiter un nombre croissant de volumes non transportables. 

Mélange de travail et d’automatisation dans une chaîne d’approvisionnement semi-automatisée : 

SOURCEGevaers, R., 2019, UAntwerpen 

Ce texte est basé sur des recherches menées par le Dr Roel Gevaers, UAntwerpen. 

Là où BD Logistics fait la différence

Le marché de ces livraisons « non-standards » plus complexes, assorties de services supplémentaires, se développe depuis plusieurs années. C’est également la raison pour laquelle BD Logistics a acquis Dockx Select en 2020 et l’a intégré dans son réseau logistique. Le moment n’aurait pas pu être mieux choisi, car juste à travers les effets de la pandémie de corona, ce segment a connu une croissance énorme et pour beaucoup de boutiques en ligne, ce type de réseau – réseau non standard du dernier kilomètre – est un complément parfait à leurs livraisons de colis standard déjà existants. Les magasins physiques vendant des biens plus grands tels que des meubles et des équipements de jardin ont également découvert le marché en ligne. 

BD Logistics est convaincu que la commande en ligne de produits volumineux continuera de s’imposer auprès des consommateurs. Nous offrons également la possibilité d’ajouter des services supplémentaires comme l’installation, l’enlèvement des déchets,… Les consommateurs peuvent également retirer leur commande dans nos points de retrait à travers la Belgique. Grâce à la gamme de possibilités et de services, nous créons de la valeur à la fois pour ce client et pour son destinataire final.